• © L. Levert

    Un convoi de tombereaux vides remorqué par la 461.042 passe vers Susanj en direction de Bar (20 avril 2016).

  • © L. Levert

    Le train régional 6150 Bar - Podgorica remorqué par la locomotive 461.043 des ZPCG est arrivé à Podgorica à 7 h 39 (19 avril 2016).

  • © L. Levert

    Dans le dépôt de Podgorica, au premier plan, la « Kennedy » 661.326, derrière la « Spanka » 644.013 (18 avril 2016).

Les chemins de fer au Monténégro

28 septembre 2017
- -
Par : Luc Levert

Ce modeste pays des Balkans, issu de la décomposition de la Yougoslavie communiste, compte malgré tout 250 km de lignes, en majorité électrifiées, parcourues par un nombre non négligeable de trains tant de voyageurs que de fret, assurant des liaisons intérieures et internationales. Le matériel moteur est composé en majorité d’engins construits en Europe de l’Est.

Ancienne république de l’ex-Yougoslavie, le Monténégro, « Crna Gora » en monténégrin, c’est-à-dire « montagne noire » en traduction littérale, est indépendant depuis le 3 juin 2006, suite au référendum du 21 mai 2006 approuvant la dissolution de la communauté d’États de Serbie-et-Monténégro instaurée de manière transitoire à la dislocation de la Yougoslavie en 2003. Podgorica, dénommée Titograd de 1945 à 1992, est la capitale de cet État d’une superficie de 13 812 km2 peuplé par environ 662 000 habitants. Le Monténégro a hérité du réseau de chemins de fer de la région de Titograd des Chemins de fer yougoslaves, les JZ. C’est en 1901 que fut construite la première voie ferrée dans la principauté du Monténégro, créée à l’issue du congrès de Berlin en 1878, et qui deviendra en 1910 le royaume du Monténégro. À écartement de 760 mm, cette ligne de 74,5 km reliait Gabela, maintenant en Bosnie, à Zelenika. Une deuxième ligne à écartement de 750 mm d’une longueur de 43,3 km entre Bar et Virpazar, prémices de la ligne Belgrade – Bar que souhaitait dès 1855 la Serbie pour avoir un accès à la mer Adriatique avec un trajet plus court que par Rijeka. Cette ligne de montagne, dont le projet de prolongement vers Cetinje fut abandonné par manque de financement dû de la Première Guerre mondiale, comportait des rampes de 40 ‰. Exploitée en traction vapeur, la vitesse maximale ne dépassait pas 18 km/h pour les trains de voyageurs et 12 km/h pour les trains de marchandises. Après une période d’occupation par les troupes austro-hongroises de janvier 1916 à octobre 1918 lors de la Première Guerre mondiale, le Monténégro devint successivement un territoire du royaume de Serbie, puis du royaume des Serbes, Croates et Slovènes, et enfin en 1929 du royaume de Yougoslavie. En 1927 fut inauguré la ligne à écartement de 600 mm entre Podgorica et Plavnica, suivie en 1938 de la ligne à écartement de 760 mm de Bileca à Niksic Le réseau monténégrin, exploité par les Chemins de fer de l’État yougoslave les JDZ, totalisait alors 143 km principalement à écartement de 760 mm, avec une exploitation compliquée due à la coexistence de trois écartements 600, 750, 760 mm. Le fret était acheminé entre Bar et Podgorica avec deux transbordements et avec un transfert en ferry qui traversait le lac de Skadar entre Virpazar et Plavnica.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS