Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

  • © Coll. M. Gayda

    Un tramway de la ligne 8 arrivant à son terminus Gare-de-l’Est (départ à Porte-d’Orléans).

  • © RATP

    Photo de la toute dernière rame de tramway ayant circulé en 1937 sur la ligne 123/124 Cours- de-Vincennes - Porte-de-Saint-Cloud, lors de son arrivée au terminus.

  • © Ministère de la Culture/Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais/Noël Le Boyer

    Exceptionnelle photo montrant l’enlèvement des rails de tramways en 1940, devant le Louvre côté Seine, là où passaient les tramways 1, 2 et 12.

Sous les pavés : le tramway parisien !

20 décembre 2018
- -
Par : Gilles Thomas

Les galeries d’égout véhiculent, outre les eaux usées, un certain nombre d’idées préconçues et néanmoins bien réelles : c’est labyrinthique, c’est noir, c’est plus que salissant car c’est franchement sale, et ça pue ! Et pourtant, et pourtant… on peut y retrouver les empreintes du Paris de la surface, jusqu’aux traces de ces voies ferrées disparues depuis bien longtemps et qui constituaient le plus grand réseau de tramway de France.

L’histoire de Paris incrustée sur les parois des égouts
Eugène Belgrand écrivit à propos des « anciennes eaux de Paris » : « Les traditions se perdent : quand j’aurai disparu avec trois ou quatre collaborateurs et autant d’anciens serviteurs qui surveillent les tronçons d’aqueducs comme chose sacrée, qui en jaugent l’eau comme si elle était encore indispensable à Paris, il ne restera pas même un souvenir de ces vieilles choses… C’est pour cela que j’ai considéré comme un devoir d’écrire ce livre ».
Loin de moi de me comparer à cet ingénieur, mais je reprends volontiers cette réflexion mise en exergue en changeant le mot aqueduc par celui d’égout. En effet, même les passionnés de l’histoire de Paris n’osent pousser leurs investigations dans ce site parisien intensément réticulé et protéiforme, car reconnaissons qu’il est repoussant au premier abord, et que ce n’est pas une fausse impression. On sait maintenant, suite à l’article sur la visite publique des égouts parisiens, qui avait été organisée entre 1862 et 1974, qu’il y a différentes plaques indicatives dans ce labyrinthe pour permettre aux ouvriers de s’y déplacer, mais aussi de localiser ce qui peut se trouver en surface et qui pourrait donc interagir avec ce sous-sol indispensable au fonctionnement quotidien de la capitale. Les plus anciennes de ces plaques sont en terre cuite (texte blanc sur fond bleu), les plus modernes en plastique (noir sur jaune), entre les deux elles étaient en tôle émaillée (également blanc sur bleu).
Au gré des changements de la toponymie parisienne, des plaques modernes sont donc venues, non pas se substituer aux autres, mais bien s’y ajouter, laissant souvent la plus ancienne visible et donc parfaitement lisible. Si on a pour habitude de dire que le réseau des égouts parisiens constitue un double de la topographie parisienne, une ville sous la ville, c’est aussi une strate qui porte imprimée sur les pages de ses parois les traces des pièces de théâtre dont la ville de Paris a été la scène. À défaut d’avoir la faculté de jouer les apprentis alchimistes ayant la capacité de pouvoir transmuter les immondices des égouts en or, faites-moi confiance et laissez-moi vous guider dans ce dédale nauséabond pour y trouver des pépites historiques pour les amoureux de l’histoire de Paris en général et de ses tramways en particulier.
Désormais, le seul élément très ponctuel des égouts qui était offert à la curiosité des touristes, et aussi des Parisiens tentés par ce genre de voyage interstitiel, est fermé jusqu’à début 2020. Les amateurs se donnaient rendez-vous au niveau du pont de l’Alma pour parcourir une véritable portion du réseau, mais uniquement à pied, contrairement à leurs plus chanceux prédécesseurs qui avaient l’opportunité de faire une visite non seulement dans une plus longue portion, mais en train et en barque ! Il peut d’ailleurs sembler surprenant aujourd’hui, si l’on y réfléchit bien, à la fois à cause des normes hygiénistes en vigueur de plus en plus draconiennes, mais également devant la judiciarisation de nos sociétés occidentales sur le modèle nord-américain, qu’aucun parapluie de la taille d’un parasol ne se soit ouvert devant la crainte d’une action en justice si un incident avait affecté (ou infecté) un visiteur de ces sous-sols particuliers, du genre blessure ou contamination.



Sur le même sujet

  • © Photorail/SNCF

    Histoire de la gare de Paris-Lyon

    13 mars 2019 - Histoire

    [video width="1200" height="678" mp4="https://www.laviedurail.com/rp/wp-content/uploads/sites/3/2019/02/Flipbook-WEB.mp4" loop="true" autoplay="true"][/video] Gare emblématique du non moins emblématique PLM, Paris-Lyon occupe une place privilégiée au Panthéon des ferroviphiles. Excellent connaisseur de cette gare où il travaille,...

  • © P. Julien

    Une Péchot aux Invalides

    27 janvier 2019 - Histoire

    Une locomotive Péchot a été présentée sur l’esplanade des Invalides à l’occasion de l’exposition Immersion 14-18, champs de bataille-terre de paix, en novembre 2018. Actives sur le front, ces machines...

  • La Voie de 0,60 vue par un poilu du front de la Première Guerre mondiale

    22 janvier 2019 - Histoire

    Cet album d’aquarelles reproduit in extenso dans Historail est conservé à la bibliothèque du fonds cheminot du Comité central du groupe public ferroviaire. Il comprend neuf planches aquarellées qui mettent...

  • Migennes en cartes postales anciennes ou la Belle Époque d’une ville cheminote

    10 janvier 2019 - Histoire

    Né en 1949, pupille pris en charge par la Dass de l’Yonne, Christian Pora débute sa vie active chez Giblin et Lavaud à Migennes qu’il quitte pour la Poste. Affecté...

  • © O. Marchetti

    La 231 K 8 célèbre l’Armistice

    28 décembre 2018 - Histoire

    Dans le cadre du centenaire du premier conflit mondial, un train dit de l’Armistice a circulé les après-midi des dimanches 4 et 11 novembre entre Mulhouse et Wesser­­ling. Le convoi...

  • © STM

    Le premier métro de Montréal a quitté le réseau

    06 décembre 2018 - Histoire

    Le MR63, matériel emblématique du métro de Montréal, a effectué ses ultimes circulations en juin dernier. Un train sur pneus atypique directement inspiré du MP59 parisien. Quand Montréal voit circuler...

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS