fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © Hugo Marybrasse

    La 26212 en tête du 50045 attend le départ à Valenton.

  • © Hugo Marybrasse

    La relève effectuée, le ME 140 repart de Lyon-Part-Dieu, direction Avignon-Champfleury.

  • © Hugo Marybrasse

    Le conducteur paramètre le KVB à l’aide du bulletin de freinage.

Une journée de conducteur en temps de pandémie

2 juillet 2020
- -
Par : Hugo Marybrasse

Conducteur chez Fret SNCF, Hugo Marybrasse prend son service en cette soirée de mars 2020 pour assurer un train de trafic combiné de Valenton à Lyon-Part-Dieu, aux commandes de la Sybic 26212. Il nous expose tout ce que la crise sanitaire change au quotidien dans l’exercice de son activité, la conduite de trains de marchandises, essentielle en temps de pandémie.

Vendredi 20 mars 2020, le confinement a été décrété il y a trois jours, j’étais alors en repos. Aujourd’hui, qui aurait pu être une journée comme une autre, c’est mon jour de reprise et également ma première « sortie » : un bol d’air frais dans un pays complètement chamboulé par la situation sanitaire qui se dégrade à grande vitesse.
Habitant sur la ligne D du RER, j’emprunte encore un des trains de banlieue qui roulent ce jour-là. Il est pourtant 17 h passées mais rien n’y fait, nous sommes trois dans la voiture voyageurs, trois… Arrivé à la gare de Villeneuve-Triage, je préfère marcher jusqu’au dépôt histoire de m’aérer l’esprit.
Je prends mon service en avance, dans cette ambiance excessivement perturbante, pour assurer le train n° 50045. Un train du trafic combiné circulant à 140 km/h et composé essentiellement de caisses frigorifiques pour le transport de denrées périssables. Il est en temps normal assuré par mes collègues lyonnais, mais c’est quand même avec un petit plaisir, caché par l’inquiétude, que je pars pour Valenton.
Avant cela je récupère la pochette de « nettoyage » que notre CTT (cadre Transport Traction) nous a préparée plus tôt dans la semaine : du gel hydroalcoolique, des lingettes, une paire de gants ainsi que de petits sacs-poubelles.
Ma journée de service prévoit un taxi pour m’acheminer du dépôt jusqu’à Valenton, mais c’est à pied que je préfère rejoindre ma destination. 20 min plus tard j’atteins le « Départ sud » des garages de Valenton. Certes le fret ferroviaire n’est pas forcément au mieux ces dernières années, mais en cette fin de journée pas une once de vie. Incroyable ! Je n’avais jamais vécu une telle situation. Sur environ 25 voies, une seule rame est présente et pas près de partir. Une petite vingtaine de minutes après j’arrive enfin au pied des quatre machines de Fret SNCF stationnées dans le faisceau du Pivos (poste informatisé des voies de service).
Malheureusement le centre opérationnel devant me renseigner sur le numéro de la machine a été évacué plus tôt dans la journée suite à une suspicion de Covid-19. Les interlocuteurs se faisant rares, j’arrive tout de même à trouver le numéro de la machine devant assurer mon train avec l’aide d’un collègue du CMT (chantier multitechniques). Ce sera donc la 26212, j’avoue avoir un peu poussé le destin pour avoir une Sybic…
Avant de commencer la préparation de la machine j’en profite pour passer la lingette sur le pupitre devant assurer la conduite du train. Habitude que j’ai prise depuis longtemps mais pas avec ces produits-là. Toute surface touchée non nettoyée peut être source de stress. Je réalise quand même l’intégralité des essais qui sont prescrits à la PC. La nuit commence à tomber, le vent persiste, un dernier tour de l’engin et je suis prêt à évoluer en direction du CMT pour me mettre en tête de la rame.



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 2 juillet 2020 22 h 24 min

    Au nom de la modernisation, de précieuses professions ferroviaires se perdent une à une en France et à travers le monde. Espérons que le métier de conducteur de train, qui requiert beaucoup de dévouement et d’attention, ne disparaîtra pas entièrement à l’avenir comme cela est arrivé aux chefs de train et chefs de sécurité!

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS