fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
laviedurail.com
Photos CFF

Téléconduite depuis Oerlikon (à gauche) et Aem 940 029 évoluant sur le site CFF de Zurich Müllingen (à droite).

Suisse : les CFF s’approprient et défrichent l’automatisation

8 juin 2024
- -
Par : Sylvain Meillasson

Les CFF ,en collaboration avec Alstom, ont effectué des essais de téléconduite d’une Aem 940 (voir Rail Passion n° 264) évoluant sur le site de Zurich Müllingen, un ancien triage fermé en 2014 par CFF Cargo et depuis réutilisé par CFF Voyageurs. Selon les CFF, ces tests réalisés en environnement « ouvert », en l’occurrence un faisceau de voies toujours en exploitation, constituent une première au niveau européen. Ces courses ont permis de s’assurer que des opérateurs pouvaient à distance, dans le cadre d’une exploitation automatisée (ATO GoA4), faire se mouvoir un convoi (en fait, un scénario théorique, car l’Aem 940 était seule) en détresse vers une zone de remisage adaptée.


Le système utilisé est celui développé par Alstom, avec un pupitre de commande déporté qui a été mis en œuvre par 24 collaborateurs (conducteurs et agents de manœuvre) issus des divisions Infrastructure, Cargo et Voyageurs des CFF. Les écrans vidéo associés leur ont permis de tenir compte du parcours, des signaux et de possibles obstacles filmés par les caméras équipant la locomotive et retransmis (avec redondance via la connectivité 4G/5G de deux fournisseurs publics) en temps réel. Se trouvaient cependant à bord de l’Aem 940 029 (utilisée en modes électrique et thermique – commutation dynamique possible) un conducteur et un responsable d’essai afin de veiller à la sécurité opérationnelle et de parer à toute éventualité. La vitesse maximale autorisée était de 30 km/h. 

En plus de la « simple » démonstration de faisabilité technique, une attention particulière a été apportée au ressenti et à l’interaction des « utilisateurs » vis-à-vis du et avec le système. Des commentaires, plutôt variés mais utiles pour les développements à venir, ont été récoltés alors que le « facteur humain » a fait l’objet d’une évaluation spécifique. L’impact dudit facteur et la manière dont les participants ont pu se projeter dans la réalité durant les tests, ont ainsi été étudiés par le DLR (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt ou Centre allemand, pour l’aéronautique et l’aérospatiale), fort d’une longue expérience en exploitations automatisées. 

Les CFF mettent clairement en avant que l’introduction de trains autonomes de voyageurs ne constitue pas pour eux une priorité. En revanche, ils considèrent que le recours à un système de télécommande peut à terme être pertinent pour des chantiers ne nécessitant que des mouvements courts et peu nombreux ou dans le cadre de garages et de dégarages de rames voyageurs. Cette option faciliterait alors les prises et les fins de service des conducteurs, tout en diminuant les risques encourus dans les faisceaux. L’opérateur précise cependant que de nombreux développements techniques sont encore requis et que des processus opérationnels ainsi que réglementaires (au niveau européen) devront être adaptés, préalablement à toute application concrète.

 En fait, la démarche des CFF (menée dans le cadre du programme Horizon- Europe « Europe’s Rail Innovation Pillar ») (1) est à ce stade exploratoire. L’entreprise ferroviaire cherche à défricher le corpus normatif européen et à s’assurer de son applicabilité en Suisse, mais aussi à acquérir des compétences en matière d’interactions homme- nouvelles technologies. Ses investigations permettront de rédiger des rapports (intermédiaire et final) qui seront mis à disposition de l’Office fédéral des transports (OFT). Au niveau international, la version publique du rapport final servira à spécifier les requis suisses en matière de commande à distance, à prendre en compte lors de la définition des normes européennes.
L’agenda « ATO » des CFF porte à court terme sur des essais d’accélération et de freinage automati- sés en transport de marchandises (2025), de démarrage automatique des trains (2024/2025) et d’assistance à la perception de la signalisation et des obstacles (2024/2025).

RETROUVEZ L'INTEGRALITE DE L'ARTICLE DANS

Rail Passion n°320

Vous êtes abonné à RAIL PASSRail Pass est la formule d’abonnement
100% numérique du Groupe La Vie du Rail.

- Accès à tous les numéros en cours et aux archives
des magazines du groupe La Vie du Rail
(Rail Passion, La Vie du Rail hebdo et mag et Historail)

- Accès à toutes les vidéos en cours
et aux archives de Rail Passion.

Soit près de 1 000 numéros et 150 vidéos !
En savoir plus
ou vous avez acheté ce numéro ?
Connectez-vous pour pouvoir lire ce numéro en ligne.



Sur le même sujet

  • ©Michel Cozic

    A Vichy, retour à l’époque de la CIWL

    21 juin 2024 -

    Jusqu’au 11 novembre, l’exposition Vichy l’Internationale-Deux siècles d’ouverture au monde offre un regard approfondi sur le rayonnement mondial de la célèbre ville thermale qui fut fréquentée par une clientèle fortunée...

  • Medea FilmFelix Greif

    Savoir dompter les dangers du rail

    20 juin 2024 -

    Ce dimanche, Arte rediffuse deux épisodes de sa série documentaire Danger sur les rails. Le premier nous emmène dans l’Est de l’Afrique, le long de la ligne de chemin de...

  • Julien Defournier

    La BB 16745, une nouvelle venue à Oignies

    19 juin 2024 -

    A Oignies, dans le Pas-de-Calais, le Centre de la mine et du chemin de fer (CMCF) a pour projet de faire circuler un train historique et touristique, une rame RIO...

  • DR

    Le Train à vapeur du Beauvaisis

    18 juin 2024 -

    Le 4 mai, dans l’Oise, les bénévoles du Train à vapeur du Beauvaisis, créé par le Musée des tramways à vapeur et chemins de fer secondaires (MTVS), ont fait circuler...

  • Alstom/Romain Boulanger

    Nantes : Le nouveau tramway a été inauguré

    14 juin 2024 -

    Cette fois, il est inauguré ! Le matériel roulant de la quatrième génération mise en service sur le réseau de tramway nantais depuis sa renaissance en 1985 accueillait déjà des...

  • Philippe de Rexel

    Élections européennes : l’enjeu des transports

    13 juin 2024 -

    Le train n’a pas sifflé pendant la campagne du scrutin européen du 9 juin, les enjeux climatiques et environnementaux sont passés sous les radars, et la mobilité sous silence. Le...

2 Commentaires

  1. Güntürk Üstün 8 juin 2024 23 h 03 min

    Rappelons que les Aem 940 sont des locomotives bimodes, Électrique/Diesel-Électrique, utilisés par les CFF. Elles sont construites par Alstom, aussi vendues sous la désignation Alstom Prima H4. Les Aem 940, de nouvelles locomotives polyvalentes de manœuvres et de lignes, elles remplaceront les Am 6/6 qui arrivent en fin de vie (plus de cinquante ans), ainsi que Ee 6/6, Am 841 et Am 842 (anciennement Am 4/45), devenues obsolètes. Elles seront également utilisées sur tout le réseau CFF comme locomotives de trains de chantier (ballastage). Elles peuvent rouler à 120 km/h et par conséquent elles peuvent donc être utilisées en service de ligne. L’Aem 940 a été commandée à 47 exemplaires avec une option supplémentaire de 13 locomotives.

  2. Güntürk Üstün 8 juin 2024 23 h 11 min

    Notons que les gares de triages en Suisse appartiennent à CFF Infrastructure. Cette dernière sous-traite le service de la manœuvre dans les gares de triage de Limmattal, Lausanne et de Buchs à CFF Cargo. L’Aem 940 est aussi déployée dans les centres de triage pour CFF Cargo, où elle peut traiter des trains de 2000 tonnes. Elle peut être utilisée en UM (Unité Multiple). Cette locomotive est équipée du système de sécurité ETCS. Grâce à une efficience plus grande (20 à 30%) de la traction électrique qui est utilisée dans 90% des cas, le besoin énergétique est moindre. Elle possède deux générateurs Diesel qui permettent une réduction de 20% de la consommation de carburant par rapport à une locomotive diesel à un seul moteur. Sa cabine spacieuse permet à quatre personnes de l’occuper.

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS