Soyez au courant des nouveautés, des promotions exclusives et des ventes privées de la Boutique de la Vie du Rail et vous inscrivant à notre newsletter hebdomadaire !

  • (c) Jacques Poré

    Courte rame de trois voitures des Chemins de fer économiques (SE) sur le joli viaduc en courbe, tout en maçonnerie.

  • (c) Jacques Poré

    Deux machines en gare : quelle activité pour cette petite gare typique des lignes secondaires !

  • © W. Boulley

    Motrice de tramway n° 522 du Lyon-Neuville (il existe un site Internet complet sur ce véhicule). Ce véhicule est conservé par l’Amtuir.

Modélisme. Le réseau oublié de l’Afac

22 juin 2017
- -
Par : Jacques Poré avec la contribution de Bernard Bonnet et William Boulley

Dans son numéro 26 26 de juillet 2013, Historail présentait dès sa couverture les réseaux modèles de l’Afac (Association française des amis des chemins de fer) : le réseau en H0 (1/87) et le réseau en 0 (1/43,5). Mais, en fait, un 3e réseau modèle existe dans les sous-sols de la gare de l’Est de Paris, auprès des deux autres réseaux, lui aussi ayant été construit et étant exploité par les membres de l’Afac : à savoir, une installation fort peu commune, en « Im » ; c’est-à-dire à l’échelle « I », le 1/32, et en écartement métrique. C’est ce réseau tout à fait original, une vraie pièce de musée en réalité, que nous vous présentons aujourd’hui.

Ce réseau représente un chemin de fer secondaire, un tortillard comme on disait autrefois, et même encore jusque dans les années 1950-1960! Côté historique, ce réseau aurait été commencé en 1947, selon la tradition orale, à l’époque, de la « bande à Crevier ». L’éminent Edmond Duclos en faisait partie, et a laissé deux BV (bâtiments voyageurs) dans le style des CGB, les « Chemins de fer de grande banlieue », qui desservaient Paris et ses halles depuis nombre de points de départ en banlieue parisienne: Poissy, Pontoise, Saint-Germain, Versailles, etc. Le réseau des CGB a fermé en 1949. Il possédait même des voies interconnectées avec les grands réseaux. Les plans d’origine du réseau n’ont pas pu être retrouvés par les membres actuels de l’Afac. En revanche, Bernard Bonnet et William Boulley ont pu retracer et mettre à jour leurs propres dessins, ceux-ci permettant fort bien de découvrir les tracés des différents circuits de circulation et les plans des voies dans les gares et les embranchements. L’échelle est le 1/32, l’échelle « I » en terme normalisé des échelles des trains miniatures.

Les voies sont alimentées en courant redressé et filtré de 10 à 20 volts, pôle « + » par rail central et pôle « – » (retour du courant de traction) par les deux rails de roulement en parallèle ; un peu à la manière des métros ou de la ligne à voie métrique du Petit Train jaune dans les Pyrénées ; avec quand même une différence: ces derniers ont un 3e rail qui est installé latéralement, alors qu’ici le 3e rail est central, posé dans l’axe de la voie. Ce rail central est d’ailleurs un petit fil de laiton, plus discret qu’un vrai rail. L’alimentation des trains est donc en courant continu d’une valeur moyenne de l’ordre de 15 volts.

Actuellement, l’activité du réseau en « Im » est l’apanage de William Boulley qui en est devenu de facto le nouveau responsable. En effet, le responsable du réseau jusqu’à récemment, Michel Plion, est décédé. Robert Metron et Jean Gouault, autres membres actifs ces dernières années également. Et Daniel Bécoulet est reparti en son Territoire de Belfort il y a bien longtemps. Cela étant, William Boulley s’est toujours efforcé de présenter un convoi en rotation sur le réseau des voies métriques quand il est présent à l’Afac. Ceci n’a peut-être l’air de rien, mais la 030 Corpet de la Mayenne, qui fonctionne à présent de manière totalement fiable, a demandé pas mal de travail étalé sur 5 ans : réfection des boîtes d’essieu et des échancrures du châssis, fabrication de nouveaux axes d’essieu avec fraisage de méplats à leurs extrémités pour un emmanchement carré au milieu des roues, récupération d’une transmission Slatter’s et mise en place d’un moteur adéquat, ainsi que la confection d’une selle pour accoler le moteur à la cage de transmission, et réfection des poulies de contre-excentrique sur les manivelles de l’essieu 3 pour montrer au public la distribution Gooch, etc. Ce travail remarquable présente ainsi de beaux résultats que le public peut découvrir !

L’Afac, William Boulley en tête, souhaite ainsi absolument poursuivre l’oeuvre de ses prédécesseurs et faire découvrir au public un « monde oublié », celui des tramways et des chemins de fer secondaires. Quant au trafic sur les lignes à voie normale, celui-ci est « momentanément interrompu »; selon la formule consacrée, parfois entendue sur certains quais de gare. Il y a du métrique (32 mm d’écartement des voies : du « Im » en abrégé) et de la voie normale (45 mm d’écartement), les voies étant par endroits construites à trois files de rails (avec de jolis appareils de voie).

 

I La voie, les appareils de voie, les infrastructures I

La voie est partout faite en rail léger à double champignon. Le ballast est en vraie pierre concassée ! La voie est insonorisée (à la différence du réseau



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

EN SAVOIR PLUS