fbpx

Nouveau !

Historail, le magazine pour les passionnés de l'histoire ferroviaire édité par La Vie du Rail, lance sa newsletter !
Recevez chaque lundi, le meilleur de l'histoire ferroviaire.

  • © C. Masse

    Le train officiel célébrant la réouverture de la ligne du KWVR et les 50 ans de la fin de la vapeur en Grande-Bretagne monte vers Haworth. Même composition que le train du 29 juin 1968 ! L’Ivatt n° 41241 ne passe pas inaperçue avec sa livrée unique.

  • © C. Masse

    Le dépôt de Haworth sur le Keighley and Worth Valley Railway. Tout y est comme en 1968 : au milieu des locomotives à vapeur dont la 46100 « Royal-Scot », une Class 37, une machine diesel de ligne, est prête à prendre la relève !

  • © C. Masse

    Une des nombreuses circulations sur le grand réseau : le train « Winter-Cumbrian-Mountain-Express » sur Settle - Carlisle. Par une froide matinée d’hiver, la BR Standard Class 7 n° 70000 « Britannia » est en tête du train spécial. C’est la même série de machines qui avait fait le train d’adieu en août 1968, sur la même ligne…

Grande-Bretagne : la vapeur est morte, vive la vapeur !

1 novembre 2018
- -
Par : Christophe Masse

Il y a 50 ans, la vapeur disparaissait du réseau britannique. Interdites de circulation dans un premier temps mais préservées en grand nombre, les machines à vapeur ont depuis pris une belle revanche et c’est avec faste que le jubilé est célébré cette année.

L’année 2018 est celle du 50e anniversaire de la fin des circulations à vapeur sur le réseau des British Railways. Le dernier train s’est élancé de Liverpool Lime Street le dimanche 4 août 1968 avec le train n° 1T57, à destination de Carlisle via Manchester Victoria. Dès le lendemain, les locomotives à vapeur étaient interdites de circuler sur l’ensemble du réseau britannique et prenaient la direction du ferrailleur de Barry Island (pays de Galles). Dès lors, les grands parcours devenaient l’apanage des nouvelles locomotives diesels Class 37 et 40. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la traction vapeur ne s’est jamais aussi bien portée en Grande-Bretagne que depuis la circulation de ce dernier train. Au tout début des années 70, les BR refusèrent de voir les quelques machines préservées circuler à nouveau en tête de trains spéciaux : c’était le « steam ban » (le « bannissement de la vapeur »). Mais cette situation n’a pas duré. Les interdictions sont faites pour être contestées. Dès septembre 1975, dans le cadre de l’ouverture du tout nouveau musée national du Chemin de fer à York, deux trains spéciaux purent circuler sur la ligne de la côte Est, l’un remorqué par la Pacific A 3 Flying-Scotsman, l’autre par une Pacific A 4 carénée. Puis, le temps passant, le nombre de trains spéciaux ne cessa d’augmenter. 213 machines ont été sauvées du chalumeau de Barry Island ! Aujourd’hui, des voyagistes spécialisés proposent jusqu’à une centaine de trajets par an sur le grand réseau surtout l’été, mais aussi à certaines périodes comme le mois de décembre, Santa Claus, le Père Noël, étant alors souvent du voyage : ils louent les services d’une locomotive appartenant à tel ou tel propriétaire privé ou association, idem pour la rame. Le tout étant homologué pour circuler sur le réseau national.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégié des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • La News Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

  • La News Rail Passion

    Recevez chaque mercredi toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La lettre du cheminot

    Recevez chaque jeudi les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La News Historail

    Recevez chaque lundi les derniers dossiers en ligne et le magazine dès sa parution

EN SAVOIR PLUS