fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
  • © B. Collardey

    La BB 27345 à Gisors, terminus des trains Transilien en provenance de Paris-Saint-Lazare (18 janvier 2020).

  • © B. Collardey

    La Z 27632 Normandie sur des TER Amiens - Rouen, ici à Serqueux (18 janvier 2020).

  • © B. Collardey

    17 appareils de voie ont été remplacés récemment en gare de Serqueux (18 janvier 2020).

Gisors – Serqueux prépare l’acte II de sa réhabilitation

19 mai 2020
- -
Par : Bernard Collardey

La première phase de modernisation de Gisors – Serqueux, maillon central de l’axe Paris – Dieppe, a été lancée en 2013. La réhabilitation du raccordement sud de Serqueux, pièce maîtresse de la seconde phase du projet entreprise en 2017, devrait s’achever cet été. La circulation des TER vers Gisors pourra alors reprendre et celle des trains de fret du Havre devrait intervenir pour le service 2021.

Le maillon central de l’ex-itinéraire direct Paris – Dieppe ayant connu ses heures de gloire avec le trafic franco-anglais, détricoté peu à peu jusqu’en 1988 où le tronçon terminal au nord de Serqueux a été brutalement abandonné, s’apprête à connaître une nouvelle jeunesse.
Une première phase de modernisation a été entreprise en 2013 (voir Rail Passion n° 190). Elle avait permis de renouveler intégralement les deux voies principales en très mauvais état entre les gares de Gisors (ex-Gisors-Embranchement) et Serqueux, sur 50 km, intégrées à la région SNCF de Rouen avec vitesse limite fixée uniformément à 100 km/h pour tout type de trains. À cette occasion plusieurs petits ponts-rails corrodés avaient été remplacés et des passages à niveau peu fréquentés supprimés. Ce ruban la ligne construite par la compagnie de l’Ouest en 1872 sinue dans la riante vallée de l’Epte en desservant des communes de l’Eure, de l’Oise et de la Seine-Maritime, dont celles de Gournay-Ferrières et Forges-les-Eaux figuraient parmi les plus importantes.
Cette opération relativement rare en France, objet d’une convention signée le 15 décembre 2010 entre l’État, la région Haute-Normandie et Réseau ferré de France qui co­finançaient à parité l’opération d’une valeur de 105 millions d’euros engagée dans l’optique d’un détournement d’une partie du trafic fret chargé au port du Havre en direction de la région parisienne et au-delà, pour décongestionner l’artère Paris – Le Havre notamment entre Achères, Sotteville et le nœud de Rouen.
Elle s’était accompagnée de la réinjection à la mi-décembre 2013 par la région Normandie de quatre navettes TER, sauf les dimanches, assurées par autorails X 73500 et supprimées depuis 2009, n’observant que deux arrêts à Sérifontaine et Gournay-Ferrières.
Une seconde étape ayant fait l’objet d’une enquête publique auprès des habitants en mars-avril 2016, avec DUP signée le 18 no­­vembre suivant, a cette fois porté sur un montant de 246 millions d’euros couvert à la fois par l’État (90 millions), la région Normandie (90 millions) et l’Union européenne (66 millions).



Sur le même sujet

2 Commentaires

  1. Güntürk Üstün 19 mai 2020 18 h 59 min

    Si tout va bien, la remise en service commercial de la ligne ferroviaire modernisée Serqueux – Gisors est prévue au plus tôt au 3ème trimestre de l’an 2020.

  2. Güntürk Üstün 19 mai 2020 22 h 10 min

    Déclarée d’utilité publique le 18 novembre 2016, la modernisation de la ligne ferroviaire Serqueux – Gisors s’inscrit dans une démarche globale d’amélioration de la compétitivité du fret ferroviaire et de réduction des impacts environnementaux du transport de marchandises. Elle offrira un itinéraire fret alternatif de qualité pour d’une part, renforcer la desserte ferroviaire du port du Havre et d’autre part, libérer une capacité de desserte supplémentaire sur l’itinéraire historique Paris-St-Lazare – Rouen-Rive-Droite au bénéfice du Port de Rouen et des services voyageurs. Accessoirement, elle permettra par ailleurs de limiter les impacts sur l’offre ferroviaire des travaux de développement des services ferroviaires sur l’axe Paris-St-Lazare – Mantes-la-Jolie, via le projet EOLE. Les travaux, qui ont débuté mi-2017, ont nécessité la fermeture de la ligne aux circulations ferroviaires à partir du 11 décembre 2017. La Région Normandie met à la disposition des voyageurs un service de cars pour remplacer les trains pendant toute cette période. Le chantier présentait début 2020 un bon état d’avancement. Les premiers essais et contrôles en circulation commenceront cet été, visant à mettre la ligne en exploitation commerciale le 16 novembre 2020.

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS