fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
laviedurail.com
© Philippe-Enrico Attal

À l’automne dernier, l’axe Lille - Calais a été touché par les perturbations. Ci-dessus, des TER à quai en gare de Lille-Flandres (12 avril 2014).

Pagaille dans les TER des Hauts-de-France

20 janvier 2022
- -
Par : Philippe-Enrico Attal

Mais que se passe-t-il sur le réseau TER des Hauts-de- France ? Pendant plusieurs semaines, les trains ont connu des retards, quand ils n’ont pas tout simplement été annulés en cascade. Les voyageurs n’en pouvaient plus et les réponses qu’on leur a données étaient loin de les satisfaire. Dernière péripétie en date, le 12 novembre dernier avec un TER entre Lille et Hénin (distants de seulement 30 km), qui a effectué le trajet en… 4 heures 30. Si des dysfonctionnements sont toujours de l’ordre du possible, c’est bien leur répétition qui pose problème. Là, le compte Twitter des TER a annoncé un problème d’alimentation électrique, et les voyageurs du train à deux caisses se sont vu proposer de poursuivre leur trajet dans un simple bus, vite pris d’assaut. Cette mauvaise publicité, largement relayée par la presse régionale, renvoie une image dénaturée de la réalité des circulations ferroviaires dans la région. Malheureusement, on se souvient toujours davantage des trains en retard que de ceux qui arrivent à l’heure. Et ces incidents arrivent au plus mauvais moment alors que la hausse du prix des carburants pourrait renvoyer une partie des automobilistes vers les trains. Fin octobre, le quotidien La Voix du Nord se faisait l’écho de cette exaspération, expliquant que le plafond des pénalités, fixé à 1,8 million d’euros par an, était atteint depuis le mois de juin 2021. Dans ce contexte, les élus régionaux ont menacé de ne plus payer la SNCF qui reçoit 500 millions d’euros par an des Hauts-de- France.

Et pour ne rien arranger, les problèmes ne sont pas limités au nord (en particulier sur l’axe Lille -Calais), mais concernent également l’ancienne région Picardie. Des surchauffes qui interviennent même traditionnellement sur le « Y » picard, les deux lignes Amiens – Creil – Paris et Saint- Quentin – Creil – Paris. Et c’est cette fois le Courrier Picard qui relaie le malaise. En plus de retards à répétition, les trains sont souvent trop courts avec un matériel inadapté au nombre de voyageurs. Les plus pénalisés sont ceux mon- tant dans les dernières gares, (notamment dans le sens Province – Paris) qui reçoivent des trains bondés. Dans ce contexte, l’annonce de la SNCF de réduction de 8 % de l’offre durant les vacances de la Toussaint a fait l’effet d’une bombe.

Alors pourquoi autant de difficultés dans cette région ? En dehors des aléas climatiques, comme la tempête Aurore de fin octobre, et autres imprévus, la SNCF reconnaît une situation complexe qui impacte son organisation. Du côté de la région, on pointe plus directement le manque de personnel. Une partie du problème est consécutive à la crise sanitaire durant laquelle les agents ont reporté leurs congés. Le rattrapage actuel engendre des manques dans toutes les professions avec son lot d’annulations, jusqu’à plu- sieurs dans la même journée. Dans ce contexte très tendu, les incidents ont des répercussions en cascade. Un train qui percute un animal part plus une dizaine de jours en atelier avec des conséquences sur l’ensemble du trafic. Et quand la malchance ou l’inconscience sont de la partie, c’est une catastrophe. Ainsi cette conductrice ivre qui a circulé sur les voies dans les environs de Saint-Just- en-Chaussée sur près de 2 km (passant même en gare) a tout bloqué pendant plusieurs heures. La SNCF, contrainte de réagir, a fini par annoncer des renforts d’urgence. Une trentaine d’agents supplémentaires, d’abord 20 à bord des trains et 10 conducteurs, étaient attendus début novembre. Ensuite ce sont à nouveau 14 agents et huit conducteurs qui devaient arriver à la fin novembre. La menace avancée par la région de suspendre ses paiements a probablement eu un effet incitatif. Le matériel a également été réorganisé par zones, les TER 2N NG au nord et les Regio 2N plus capacitaires en Picardie. Une répartition destinée à améliorer la maintenance et donc la disponibilité des rames. L’objectif était bien de retrouver une situation normale courant décembre.

Cet article est tiré du n°291 de RAIL PASSION dont voici la couverture :



Sur le même sujet

Une Commentaire

  1. Güntürk Üstün 21 janvier 2022 7 h 20 min

    La France est un pays de chemin de fer véritablement developpé et experimenté, vendant surtout ses TGV exemplaires dans le monde, mais son opérateur ferroviaire national SNCF a de plus en plus des difficultés ennuyeuses à faire circuler correctement ses trains régionaux.
    Retards, annulations, les TER se font attendre. Et dans plusieurs régions, notamment en Hauts-de-France, qui est championne de France des retards ou des annulations des trains locaux, la colère des passagers gronde.
    Ce qui est inquiétant, c’est que la région n’est cependant pas la seul touchée. Selon le gouvernement, plus de 6% des TER sont en retard dans tout le pays. Solution rapide et définitive en premier lieu? La SNCF promet l’embauche de 200 employés [conducteurs et agents de bord], rien que dans les Hauts-de-France.

Laisser un commentaire

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS