fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

X
© B. Collardey

Un TER Beauvais - Abancourt à Grandvilliers sur la section rouverte après travaux (26 mai 2020).

Vers la réouverture complète de la radiale Beauvais – Le Tréport

8 août 2020
- -
Par : B. Collardey

Cette artère de 104 km, numérotée 325 au catalogue RFN a pour origine Épinay-Villetaneuse en banlieue de Paris, a été ouverte par la Compagnie du Nord par étapes de 1872 à 1875, d’abord à simple voie puis mise à double voie au-delà de Beauvais pour les besoins du conflit 1914-1918. Traversant les départements de l’Oise et de la Somme, elle descend à compter d’Abancourt, la vallée de la Bresle, implantée à la limite de la Seine-Maritime ex-Inférieure. Elle recoupe à Abancourt la rocade Amiens – Rouen et est origine de plusieurs embranchements à Saint-Omer-en-Chaussée, Longroy- Gamaches et Eu. Sa remise à voie unique a eu lieu dans les années 50, sauf de Beauvais à Saint-Omer-en-Chaussée, puis à Milly-sur-Thérain avec pose du block manuel unifié de voie unique. Ayant connu un fort courant d’express et trains spéciaux « Un jour à la mer » de Paris au Tréport dans les années 50 à 90, son trafic voyageurs purement local est depuis déclinant, comme celui du fret. Dépendant de la région SNCF d’Amiens, ces dernières années l’état de la superstructure a imposé la ligne de nombreux ralentissement de vitesse de 100 à 60 km/h puis sa fermeture provisoire au trafic à compter du 28 mai 2018 avec substitution des TER par cars. La modernisation du tronçon dont un montant de 70,7 millions d’euros a été inscrit au contrat État-Région 2015-2020 et financé par l’État, les régions Hauts-de-France et Normandie et SNCF Réseau. Sont concernés des renouvellements de voie sur plusieurs tronçons en mauvais état, l’amélioration des passages à niveau, des câbles de signalisation, le rehaussement des quais et la modernisation des gares conservées. Une première étape relative à la section Beauvais – Abancourt (47 km) avec un évitement à Grandvilliers a été terminée au début février dernier avec retour de quelques courses d’autorails contrariées par l’épisode Covid. Notons la circulation chaque mardi d’un train complet d’agrégats de Caffiers assuré par diesel ECR pour Grandvilliers via Longueau, Abancourt. La seconde phase, d’Abancourt au Tréport-Mers (57 km), non achevée à cette époque sera rouverte aux TER en septembre avec la rentrée scolaire, avec un unique évitement à Blangy-sur-Bresle, ceux de Longroy et Incheville non indispensables en trafic commercial étant supprimés.



Sur le même sujet

Commenter l'article

NOS NEWSLETTERS

  • La lettre du cheminot

    Chaque semaine, recevez les infos les plus populaires dans le monde des cheminots actifs

  • La lettre du groupe

    La Vie du Rail vous informe de ses nouveautés, la sortie de ses magazines, livres, événements ...

  • La News Rail Passion

    Recevez toutes les actus du magazine, les dossiers spéciaux, les vidéos, le magazine dès sa parution

  • La Boutique

    Nouveautés, offres exclusives, faites partie du club privilégiers des clients de la boutique de la Vie du Rail

  • Photorail

    Recevez une fois par mois nos actualités (nouvelles photographies ou affiches touristiques rajoutées sur le site) et nos offres ponctuelles (promotions…)

EN SAVOIR PLUS